26/32 đź—ł Lieu d'accueil pour les Ă©trangers arrivants

Créer des dispositifs publics de premier accueil, à dimension humaine et en lien avec les acteurs associatifs, où pourraient se rendre librement les personnes étrangères à leur arrivée sur le territoire, quel que soit leur statut.

Pour comprendre du contexte aux ressources en passant par les arguments sur le Pacte de la Transition

:white_check_mark: Vote sur son utilité et sa faisabilité :

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10

0 votant

1 : inutile, inadapté à Vigneux, impossible à Vigneux
7 : à mettre en oeuvre, un travail à faire, à débattre à Vigneux
10 : urgent, facile à mettre en place, très utile à Vigneux.

Référentiel : niveaux sur le Pacte de la Transition

1 : Mettre en place un point d’accueil et un livret d’accueil permettant de mettre en lien les acteurs de l’accueil sur le territoire. De manière générale, assurer l’accès aux droits et aux dispositifs d’accueil et d’accompagnement de la commune (mesure 21) à toutes les personnes migrantes de façon inconditionnelle c’est-à-dire quel que soit leur situation administrative. Ne pas criminaliser ou empêcher les citoyen·nes de venir en aide aux personnes migrantes.

2 : Adhérer à l’Association Nationale des Villes et Territoires Accueillants (ANVITA). Assurer un service de domiciliation efficace (CCAS, SPADA, ou autres) afin de permettre aux personnes migrantes d’avoir accès à leur droit et notamment à l’AME. Dans les villes sous tension avec des campements insalubres: ouvrir un accueil de jour pour orienter et accompagner les personnes en errance.

3 : Créer des Maisons des migrant·es associant collectivités, associations et professionnelles juridiques, linguistiques et formés à la médiation culturelle, avec mise à disposition de fonctionnaires ou contractuel·les de la collectivité pour accompagner individuellement les démarches de demande d’asile ou autres (titre de séjour, accès aux droits…). Encourager les citoyen·nes de la commune à être solidaires envers les personnes migrantes en organisant des rencontres entre les habitants, habitantes, et les nouveaux et nouvelles exilées arrivants sur le territoire.

:rocket: Vote du niveau pour un pacte local :

  • niveau 1
  • niveau 2
  • niveau 3

0 votant

7 oui, sans effrayer / donner un peu de fierté.

Pour le moment, on est à exclure les sans logis, ou sur autre plan, dans l’Essonne, à ceci:

1 Like

Nos enfants jugeront durement le peu de bonne volonté que nous mettons à prendre la mesure de l’enjeu actuel quant à l’accueil des êtres humains qui traversent des continents au péril de leur vie pour être du bon côté des armes françaises.

2 Likes

Le collectif ACCES est toujours en mouvement pour la création d’un village solidaire sur Port Brun ou ailleurs, de tel lieu manque en Essonne.

Le collectif devait être présent à la Fête des Possibles dimanche 29 septembre avec un Foot Solidaire et des éducateurs des équipes Arc en Ciel et Citoyens du Monde. Annulé cause intempéries.

2 Likes

L’ANVITA est une association d"élus.es et de personnes morales territoriales.
Le point 2 est immédiat. Demander une résolution du conseil municipal par l’intermédiaire d’élus afin que les élus et la ville se positionnent respectant la charte de l’ANVITA.

Pour 1 et 3 il faut du budget de la main d’oeuvre, donc une volonté politique, voir point 2.

3 Likes

Municipales 2020 : les élus locaux face à la résorption des squats et bidonvilles

Communiqué de presse Les élus locaux face à la résorption des squats et bidonvilles : le CNDH Romeurope interpelle les candidats aux municipales 2020

Les plaquettes à télécharger.

C’est évidemment un travail à mettre en oeuvre à Vigneux. Je n’imagine pas pourquoi ce ne serait pas possible, sauf à entendre des réticences et à s’y conformer par peur de déplaire…Il faut bâtir une stratégie qui permette d’ouvrir le débat avec la population sur cette question dans sa globalité : l’accueil, l’insertion, l’accompagnement. Il me semble que c’est plutôt urgent pour plusieurs raisons : humaines (comment peut-on chasser un être humain, le maltraiter, l’empêcher d’accéder à une vie descente, etc ?) politiques : l’immigration est une bombe à retardement pour les générations à venir. Nous vivons au 21 ème siècle les conséquences de la colonisation. Quel regard pouvons avoir sur les générations qui nous ont précédées ? Il n’y a pas de quoi être fier des agissements, guerriers, économiques, sociaux, des Français sur les terres colonisées dans les siècles passés. Economique : Pourquoi dépenser des fortunes à chasser des gens qui de ce fait restent pauvres et dépendants, alors que leur insertion vers l’emploi leur permettrait de contribuer à l’effort national par création d’une nouvelle valeur ajoutée ?

2 Likes