Carbone et réchauffement

Le carbone et le destin de la Terre
{Sciences²} blog de Sylvestre Huet

A l’occasion des dix ans de Deep Carbon Observatory, ils dressent un bilan et une synthèse de leurs recherches (avec un feu d’artifice de publications dans la revue scientifique Elements). Elles permettent, entre autre, de tordre le cou à une rumeur qui ferait des spécialistes de la Terre interne, des volcans, de la géochimie, des opposants aux travaux des climatologues. Car l’une de leurs conclusions principales est que les émissions de CO2 d’origine anthropique (combustion des énergies fossiles, fabrication du ciment, déforestation) ont été de «depuis 100 ans de 40 à 100 fois supérieures aux émissions des sources géologiques comme les volcans».

(…)

L’industrie humaine surclasse la géologie

Les géologues ont multiplié les missions de terrain et les calculs pour estimer les émissions naturelles de CO2 par les sources géologiques actives aujourd’hui. Dont les 400 volcans actuellement actifs sur les 1500 qui l’ont été durant les dernières 10 000 années. Ils y ont ajouté 670 volcans qui, bien qu’inactifs, émettent du CO2 en petites quantités. Mais aussi de vastes régions où des émissions diffuses de CO2 surviennent (Yellowstone aux USA, le Rift en Afrique de l’Est, la région volcanique de Technong en Chine par exemple). Ou les failles sous-marines à partir desquelles se forment les océans.

Le résultat de ces recherches? Des émissions naturelles annuelles estimées entre 0,28 et 0,36 milliard de tonnes par an. Or, en 2018, les émissions anthropiques, ont été de 33,1 milliards de tonnes pour le seul CO2 issu de la combustion du pétrole, du charbon et du gaz. L’industrie humaine surclasse la géologie et la réduit à une action marginale sur le système climatique terrestre pour ce facteur.

Toutefois, notent les géologues, il est arrivé à la Terre de produire toute seule, sans l’intervention des humains qui n’existaient pas, des événements comparables en termes d’émissions de CO2. C’est arrivé cinq fois en 500 millions d’années. Ces injections massives de carbone ont provoqué des cataclysmes climatiques, l’acidification des océans et… des extinctions massives d’espèces vivantes.